Tension extrême – Sylvain Forge

tension extreme livre

L’histoire…

Aux limites du virtuel et de la réalité, les nouvelles technologies conduisent parfois à la folie ! Des cyberattaques paralysent la PJ de Nantes, infiltrent l’intimité des policiers et cernent une ville où le moindre objet connecté peut devenir une arme mortelle.

Alors que les victimes s’accumulent, une jeune commissaire à peine sortie de l’école et son adjointe issue du « 36 » affrontent ensemble un ennemi invisible. Toutes les polices spécialisées seront mobilisées pour neutraliser la nouvelle menace de la science complice du crime.

Ce que j’en pense…

J’ai déjà lu des polars de Sylvain Forge tels que : « Un parfum de soufre » ou « Pire que le mal ». Ces polars m’avaient plu par leur intrigue, leur suspense. Et bien je dois dire qu’avec « Tension extrême », l’auteur frappe fort ! Ce polar high tech est une tuerie ! Pas de temps mort ! Pas une page inutile ! Place à l’efficacité !

J’ai été agréablement surpris par le rythme rapide de l’intrigue digne d’un thriller et par la technologie high tech omniprésente. Grâce à l’informatique et ses programmes ou virus, des hackers sont capables de planter toutes les bases de données informatiques de la PJ de Nantes. Et même plus !

Mais je vous laisse découvrir l’ampleur de la menace réelle qui plane sur nous tous dès lors que nous possédons des appareils connectés comme des smartphones, portables, tablettes… Si un appareil chez vous est relié à internet par un capteur quel qu’il soit, vous êtes en mesure d’être espionné ! Big Brother vous observe et ce n’est pas de la science-fiction ! Bienvenue au 21ème siècle !

Sylvain Forge mérite son prix du Quai des Orfèvres 2018. Son style s’est affiné avec le temps. Et ce polar va à 100 à l’heure ! Toutes mes félicitations à l’auteur ! Et vous mes amis, précipitez-vous sur ce polar high tech ! Vous ne le regretterez pas, parole de lecteur !

Prix du Quai des orfèvres 2018 ~ Éditions Fayard ~  Sortie Poche : 15 novembre 2017

Pire que le mal – Sylvain Forge

81Vx3YniI4L

Sortie : 15 mars 2017

« Pire que le mal » de Sylvain Forge est un polar très documenté qui nous immerge dans l’univers d’une multinationale américaine. Celle-ci possède des laboratoires de recherche spécialisés dans la chimie. Nous allons découvrir une histoire à la fois  contemporaine et historique.

Il y a tout d’abord le meurtre de Lucas que son frère Benjamin Delmas, médecin psychiatre, essaie d’élucider. En effet, son frère Lucas a été retrouvé noyé dans un canal à Bangkok. Il n’a pas vu Lucas depuis si longtemps. Il s’entendait mal avec ce frère rebelle, membre d’une organisation écologiste radicale et si prompte à voir des complots derrière tous les malheurs du monde.

Grâce à une étrange lettre cachée et en retrouvant certaines amies de son frère, Benjamin comprend que son frère allait boucler une longue enquête. Il avait voyagé dans plusieurs pays d’Asie à la rencontre de paysans qui n’avaient qu’un seul point commun: ils avaient tous utilisé un pesticide surpuissant, le binarzole, fabriqué par la multinationale BGC.

Benjamin pensait que son frère était un illuminé. Mais là, il est obligé de constater, de l’avis des amies de son frère, que Lucas à fait preuve de courage en voulant dénoncer un scandale écologique de grande ampleur.

Grâce à l’aide des amies de Lucas, Benjamin va pouvoir suivre une piste solide. Il va découvrir qu’une multinationale nommée BGC vend des pesticides interdits par l’union européenne dans des pays d’Asie dont l’Inde.

Cette multinationale BGC étend sa toile sur le monde entier et cherche à prendre des parts de marché dans le commerce des OGM. Elle souhaite faire une OPA sur un groupe concurrent et ainsi devenir numéro un dans le secteur des OGM.

Les activistes d’une organisation écologique radicale dont faisait partie Lucas souhaitent manifester leur désaccord le jour J qui annoncera la fusion acquisition du groupe BGC.

Ce polar nous dévoile l’action d’un groupe surpuissant qui s’affranchit des règles et des lois pour préserver son empire. Ce groupe est prêt à faire appel à des mercenaires pour se débarrasser des personnes qui entravent sa marche. Cela fait réfléchir et pose question.

Cette enquête que poursuit Benjamin Delmas se suit avec intérêt et l’on apprend beaucoup de choses. Benjamin va découvrir la vie de son frère Lucas et ses recherches.

La galerie de personnages croisés est très riche. Le caractère des femmes dans cette intrigue est plutôt fort et indépendant. Les hommes sont plutôt suiveurs ou autoritaires. Des pressions psychologiques vont être exercées sur des êtres pour les faire parler ou pour qu’ils se taisent. Et cela va aller jusqu’à la menace de mort pour eux-mêmes ou pour leur proches.

Lorsque le puzzle est achevé alors l’histoire s’emballe. Une course poursuite se déclenche et nos héros se retrouvent sous tension et en danger. La suite des évènements ainsi que le dénouement final est alors bien incertain.

Je remercie Sylvain Forge et les Editions du Toucan pour cette excellente enquête pleine de suspense qui ravira tous ceux qui s’interrogent sur les actions occultes des multinationales liées à la chimie et sur le fonctionnement des organisations écologistes radicales.

BIOGRAPHIE

sylvain forge2Sylvain Forge vit à Nantes depuis plusieurs années. Pour cet amateur de théâtre et de jeu de rôles, qui a depuis longtemps le goût de raconter des histoires, l’écriture est apparue comme une suite naturelle.

Après un second polar se déroulant dans le Vichy des années d’Occupation (Le vallon des Parques, Éditions du Toucan), il a mis la cité des Ducs de Bretagne au centre d’un nouveau roman à suspens : la Trace du silure (même éditeur).

Son polar, « Un parfum de soufre » (2015), a obtenu la plume d’argent du thriller francophone.

« Sous la ville » (juin 2016), aux Éditions du Toucan, met en scène un policier fils de harki. Finaliste prix POLAR du meilleur roman francophone, festival Cognac 2016.

Son dernier roman « Pire que le mal » sortira aux Éditions du Toucan, le 15 mars 2017.

 

Enregistrer

Un parfum de soufre – Sylvain Forge

12688135_10208516668745031_7321062862861146456_n

Mort suspecte dans une maison de retraite près de Nantes !

Une vieille dame est retrouvée carbonisée dans son lit. Seul son corps est brûlé, le reste de la chambre et du lit est intact. Est-ce un phénomène de combustion spontanée ou autre chose ?

L’équipe de la PJ de Nantes, qui a pour commandant Christian Charolle, est chargée de l’enquête. Le lieutenant Bruno Farge et le capitaine Isabelle Mayet sont chargés des investigations.

Dès qu’Isabelle Mayet est informée du lieu de cette découverte insolite, elle réalise que sa mère est pensionnaire dans cette même maison de retraite. Cette mort inexpliquée angoisse fortement Isabelle qui craint pour sa mère qui est atteinte du syndrome d’Alzheimer. De plus, elle apprend que sa mère connaissait la victime. Isabelle Mayet n’aura qu’une obsession : trouver les causes de ce drame le plus rapidement possible.

L’enquête débutera dans cette maison de retraite des Agapanthes, non loin de Nantes. Isabelle Mayet procédera à de nombreux interrogatoires auprès du personnel pour y voir plus clair. Le directeur de cette maison, Jean-Charles Dupré, peu coopératif, veillera avant tout à préserver la réputation de son établissement.

Pour d’autres investigations, Bruno Farge écumera les lieux chauds et glauques de la nuit nantaise où il a des accointances et ses habitudes. Au cours de ces recherches, Isabelle fera aussi la rencontre d’un spécialiste de Jules Verne qui pourra peut-être l’aider.

Ce polar, grâce à son intrigue originale, nous entraînera sur de nombreuses pistes toutes vraisemblables ainsi que vers des lieux ou des sphères improbables. Nos deux policiers devront faire preuve d’intelligence et de ténacité pour espérer résoudre enfin ce mystère.

L’auteur, Sylvain Forge, apprécie cette ville de Nantes : il y vit. Il connaît les méthodes d’investigations de la PJ locale. Celui-ci a construit un polar en deux parties qui se répondent et qui fusionneront pour faire jaillir la vérité.

Sylvain Forge arrive, avec son talent, à nous tenir en haleine pendant presque 400 pages. En effet, il vous faudra patienter si vous voulez connaître les raisons de la mort de cette vieille femme.

Je ne peux vous en dire davantage sans risquer de dévoiler des choses essentielles à l’intrigue. Cela gâcherait votre plaisir ! Et du plaisir, j’en ai eu beaucoup à lire ce polar. Je vous en souhaite autant !