Inexorable – Claire Favan

inexorable

Il est vrai que « Inexorable » de Claire Favan peut déstabiliser car il est très différent des thrillers précédents de l’auteure. Pas de twists ou de retournements de situation. Par ce roman noir, Claire Favan a voulu mettre en lumière un thème cher à son cœur. En effet, ce livre est préfacé par son fils Gabriel. Cette fiction relate l’histoire d’une mère prête à tout pour protéger son fils. 

Gabriel Favan a fait parti de ceux qui ont dû gérer un handicap invisible lié au comportement.

L’histoire décrite dans ce livre nous raconte le parcours d’un enfant prénommé Milo qui, après un choc psychologique, se met à avoir un comportement mutique envers sa mère et agressif à l’école si on le provoque. Il part au quart de tour et se bat avec les élèves qui le harcèlent. Il s’ensuit des plaintes des parents d’élèves et il se retrouve mis à l’écart par les enseignants de sa classe.

Milo possède une rage intérieure qui doit s’exprimer à un moment ou un autre et l’enfant ne peut contrôler cette chose.

Les caractères des protagonistes de cette histoire sont très réalistes. Le père Victor sort de prison et réintègre le domicile familial. La mère Alexandra est très protectrice vis-à-vis de Milo l’enfant du couple. L’enfant, lui, est très heureux de revoir son père.

L’histoire montrera les difficultés qu’une famille peut rencontrer face aux actions passées et futures de chacun de ses membres.

Ce livre m’a ému et je suis tombé en empathie totale avec ce gosse qui doit affronter des problèmes d’adultes. Le thème de l’inadaptation scolaire d’un enfant est très bien développé au sein d’une intrigue à suspense très bien menée.

Ce livre m’a ouvert les yeux sur cette spirale infernale que peut vivre un enfant à cause d’un comportement jugé inadapté. La stigmatisation et le rejet arrivent vite ainsi que la solitude. L’adolescence de Milo est également traitée et l’on se demande quel sera son avenir.

Une fois entré dans l’histoire, vous ne pourrez plus lâcher ce livre. Vous souhaiterez connaître son dénouement. Je vous encourage à lire ce roman noir sociétal qui témoigne d’une réalité forte. Merci à Claire Favan pour ce roman haletant qui ne peut laisser indifférent.

Sortie : 11 octobre 2018

Éditeur : Robert Laffont / La Bête Noire

Genre : Roman noir

4ème de couverture

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…

Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants

Nulle part sur la terre – Michael Farris Smith

michael ferris photo

Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n’a nulle part où aller. Partie sans rien quelques années plus tôt de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe.

Russel a lui aussi quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d’arriver à son terme. Il retourne chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C’est sans compter sur le désir de vengeance de ceux qui l’attendent.

Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu’à un fil.

Très bon roman noir sur les oubliés du rêve américain. Michael Farris Smith dans « Nulle part sur la terre » nous décrit la vie de gens qui n’ont pas eu de chance. La première partie du livre est très sombre et dure (accrochez-vous), la seconde est plus lumineuse et donne un peu d’espoir à cet homme et à cette femme dont les destins se croisent. Deux êtres cabossés par la vie. Un très beau roman servi par une très belle plume. Un livre qui ne peut laisser indifférent.

Michael Farris Smith possède en effet un style et un talent d’évocation totalement singuliers qui vont droit au cœur du lecteur. Avec ces personnages qui s’accrochent à la vie envers et contre tout, il nous offre un magnifique roman sur la condition humaine, qui ne quittera pas nos esprits avant longtemps.

  Biographie

chris jenkins credit photoMichael Farris Smith est un écrivain américain originaire du Mississipi dont le travail et la personnalité sont fortement marqués par son ancrage territorial dans le Sud des États-Unis. Si ses voyages en France et en Suisse inspirent son premier roman, The Hands of Strangers (2011), son second récit, Une pluie sans fin (Super 8 éditions, 2015), fresque post-apocalyptique qui dépeint un Mississipi dévasté par des intempéries diluviennes, a été salué pour l’originalité et l’intensité de sa langue.

Avec son nouveau roman Nulle part sur la terre, Michael Farris Smith continue de construire une vision littéraire unique, dépositaire de toute l’aridité, la poésie et l’humanité qui rythme l’existence sudiste. Michael Farris Smith vit aujourd’hui à Oxford, dans le Mississipi avec sa femme et ses deux filles. « The fighter » sortira en mars 2018.

L’été circulaire – Marion Brunet

MARION BRUNET 2

Le titre de ce livre m’a interloqué ainsi que sa couverture. Je ne connaissais pas Marion Brunet et j’ai vu qu’elle sera présente au Quai du Polar de Lyon cette année. Une raison de plus de se laisser tenter !

Ce que j’en pense…

« L’été circulaire » de Marion Brunet est un roman sombre. Très peu d’espoir ou de lumière dans cette histoire. Un roman d’une grande justesse pour saisir ce qui se joue à l’adolescence.

Je dois dire que ce roman noir m’a happé dès la première page. Si bien que j’ai continué à lire, pris au piège. Je n’ai pas été épargné par ce que j’ai vu et entendu, voyeur malgré moi, plongé dans l’intimité de cette famille du Lubéron.

Cette famille où le père, Manuel, fait preuve de trop de violence envers ses proches. Sa femme, Séverine, est une mère soumise qui laisse faire. Ceux-ci ont deux filles, Johanna et Céline, de quinze et seize ans. Dans la chaleur de l’été, ces adolescentes jouiront des plaisirs de la jeunesse avec insouciance. Très vite, les choses vont changées. Ces deux sœurs devront faire des choix pour leur avenir. Mais a-t-on vraiment le choix de son futur ? Peut-on briser les chaînes du déterminisme social ?

Plusieurs évènements importants vont pulvérisés la cellule familiale et avoir des répercutions bien au-delà. La vie dans un petit village est compliquée. Tout se sait très vite. Il faut faire face aux rumeurs, aux préjugés des autres. De plus, l’étranger est mal vu, que se soit le touriste parisien ou l’arabe. On vit replié sur soi. Les classes sociales ne se mélangent pas.

Manuel et Patrick sont potes. Ils sont maçons dans la même entreprise de bâtiment. Du coup, leurs femmes, Séverine et Valérie sont amies par la force des choses. Elles se jalousent un peu et se demandent souvent si leur vie aurait pu être meilleure si elles avaient rencontré d’autres hommes.

Cécile et Jo font leur vie, ont des amitiés ou amours masculines plus ou moins bien vues par leurs parents. Elles ont des personnalités et des visions de la vie différentes. Pourront-elles s’extraire du carcan familial pour être libres ?

Marion Brunet a l’art d’installer rapidement une histoire, un climat de tension, une situation qui dérape. Son style est direct, ses dialogues acérés. J’adore sa plume. Elle sait parler du couple, de la famille, du racisme, de la pauvreté. Son talent éclate dans ce roman. Je ne peux que vous conseillez chaudement ce livre. Une vraie pépite !

coup-de-coeur_violet

4ème de Couv

Fuir leur petite ville du Midi, ses lotissements, son quotidien morne : Jo et Céline, deux sœurs de quinze et seize ans, errent entre fêtes foraines, centres commerciaux et descentes nocturnes dans les piscines des villas cossues de la région.

Trop jeunes pour renoncer à leurs rêves et suivre le chemin des parents qui triment pour payer les traites de leur pavillon. Mais, le temps d’un été, Céline se retrouve au cœur d’un drame qui fait voler en éclats la famille et libère la rage sourde d’un père impatient d’en découdre avec le premier venu, surtout s’il n’est pas « comme eux ».

L’été circulaire – éditions Albin Michel – Sortie : 31 janvier 2018

Biographie

brunet_marion_2018_dr_albin_michel_2014

Née en 1976, Marion Brunet grandit dans le Vaucluse. Très rapidement accro aux bouquins, aux bandes dessinées et à diverses formes de littérature, elle se met à écrire. Une nouvelle, « Olga », paraît au Dessert, une revue littéraire, en 98.

Après des études de Lettres et quelques tentatives d’exil – Madagascar, Budapest –, Marion Brunet décide d’être éducatrice spécialisée et travaille actuellement en psychiatrie, dans un hôpital de jour pour adolescents.

Elle anime en parallèle des ateliers d’écriture au sein d’une compagnie théâtrale, pour les comédiens et divers groupes d’écoliers et de collégiens. Elle est couronnée de plus de 30 prix pour ses différents romans. « Frangine » (Sarbacane – collection X’prim – 2013) est son premier roman. Suivront « L’ogre au pull vert » et « La gueule du loup ».

Elle est également auteure de romans « young adults » (Dans le désordre, 2016) aux éditions Sarbacane. Elle vit à Marseille.

LE VIDE – Patrick Senécal

le vide 1

L’histoire…

Pierre Sauvé. À l’orée de la quarantaine, veuf, père d’une fille de vingt ans. Sergent-détective à la police municipale de Drummondville, il enquête sur un quadruple meurtre qui toutes les apparences d’un crime passionnel.

Frédéric Ferland. Début de la cinquantaine, divorcé, père de deux adultes qu’il ne voit guère, il cherche depuis des années l’excitation ultime, celle qui donnera un sens à son existence et à la vie en général, qu’il a toujours trouvée terne. Psychologue, il exerce sa profession dans la ville de Saint-Bruno.

Maxime Lavoie. Trente-sept ans, célibataire, idéaliste… et milliardaire. Il y a deux ans, il a quitté ses fonctions de président de Lavoie inc. pour devenir le producteur et l’animateur de Vivre au Max, l’émission de télé-réalité la plus controversée de l’heure… mais aussi la plus populaire.

Trois hommes différents, trois existences que tout sépare. Or, contre toute attente, leurs chemins se croiseront bientôt et leur vie en sera bouleversée à jamais. Tout comme celle de milliers de gens… tout comme la vôtre !

UN THRILLER PUISSANT ET PERCUTANT !

Patrick Senécal nous offre un thriller de 736 pages qui se lit à vitesse grand V ! Les chapitres sont volontairement dans le désordre pour maintenir un suspense jusqu’à la fin. Et quel final ! Je vous laisse la surprise !

L’émission de télé-réalité n’est qu’un prétexte pour aller le plus loin possible dans les rêves et les fantasmes des participants et les téléspectateurs en sont les voyeurs.

Mais l’histoire principale se joue dans le parcours de vie de Max Lavoie avec ses expériences et interrogations. Il s’est forgé une philosophie de vie qu’il essaie d’appliquer au jour le jour.

La vie personnelle de Frédéric Ferland, psychologue, n’est pas facile tous les jours. Celui-ci sera partie prenante dans cette intrigue. Il croisera la route de max et du flic Pierre Sauvé.

Pierre Sauvé est Sergent à la police de Drummondville. Il va enquêter sur des meurtres violents qui le forceront à s’interroger sur les participants de cette tuerie. Qui sont-ils et quelles sont leurs motivations ?

Mais cette intrigue va beaucoup plus loin qu’une simple enquête pour meurtre et vous le découvrirez bien assez tôt. La première partie du livre est assez conventionnelle mais ça ne va pas durer. L’histoire va s’épaissir et se complexifiée rapidement.

Plus vous avancerez dans ce livre, plus vous chercherez à savoir la suite et les motivations de chacun des protagonistes. Le suspense et la tension psychologique vont monter crescendo. Les évènements qui se succèderont vous surprendront et le dénouement final vous scotchera !

Ce roman noir du Québécois Patrick Senécal est extrêmement bien construit et le final est glaçant ! Après avoir lu « Aliss » et « Hell.com » du même auteur, je considère « Le Vide » comme son meilleur livre.

( Thriller – Fleuve éditions – 736 pages – Sortie Poche : 11 mai 2017 – Sortie broché : 12 novembre 2015 )

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

Patrick-Senecal_9515Né au Québec en 1967, Patrick Senécal a ouvert une voie à part dans le monde du thriller. Il s’est ainsi acquis un public fidèle au Canada, où ses livres sont des best-sellers.

Un succès couronné en France du Prix Masterton du meilleur roman fantastique pour Sur le seuil, et au Canada du Prix Boréal du meilleur livre pour Aliss, son troisième roman publié chez Fleuve Éditions, après Le Vide (2015) et Hell.com (2016).

Rien ne se perd – Cloé Medhi

Rien-ne-se-perd.jpg
Sortie Poche : 15 février 2017

Chère Cloé Mehdi,

Je suis venu vous faire part de mon ressenti après la lecture de votre roman noir « Rien ne se perd ». Lors de notre rencontre au festival de Mauves en Noir, je n’avais lu qu’une partie de votre livre et déjà je l’avais trouvé très original.

Je peux vous dire qu’après avoir achevé votre roman, j’ai été conquis aussi bien par la forme que par le fond de cette histoire. Quelle bonne idée de nous faire découvrir ce monde de la cité des Verrières à travers les yeux d’un enfant de onze ans. Cela permet d’avoir un regard neuf et différent de celui des adultes.

De plus, je me suis tout de suite identifié à cet enfant balloté par la vie et cherchant des réponses aux évènements malheureux qui se produisent autour de lui. J’ai été en empathie totale avec ce garçon et j’ai compris les peurs et les doutes qui traversaient son esprit encore influençable.

Ce roman noir est sublime et touchant à la fois ! Mattia, onze ans, se retrouve confronté à des choses qui le dépassent. Le passé familial de ce gamin est déjà très lourd à porter.

Comme sa mère ne veut plus s’occuper de lui, le garçon est confié à un tuteur nommé Zé qui vit en couple avec Gabrielle dans cette cité des Verrières. Mattia a aussi une sœur Gina mais celle-ci préfère sa liberté et est souvent en voyage. Gina débarque sans prévenir dans l’appartement où vit Mattia et celui-ci est toujours heureux de la revoir.

Mattia est un gamin courageux qui fait face aux chocs de la vie et qui essaie de comprendre l’histoire de son quartier. Pourquoi 15 ans après les faits, on continue à taguer les murs de la cité des Verrières du visage de Saïd ?

Ce Saïd n’avait que quinze ans lorsqu’il est mort sous les coups d’un policier qui a été trop loin. Ce policier a plaidé l’accident involontaire à son procès face à la famille de Saïd. Ce même policier a été relaxé par la justice et simplement muté ailleurs pour se faire oublier.

Et l’on s’étonne que certains continuent à réclamer justice face à une police qui a toujours raison. Ceux-ci sont face à un mur et ils seront toujours victimes du système.

J’ai vu l’intrigue se jouer, la tension s’intensifier comme un monstre prêt à bondir sur sa proie. Le suspense était à son comble. Qu’allait-il se passer de plus ? Certains se sont déjà affranchi des limites et sont prêts à tout pour enterrer des secrets inavouables.

J’ai vu tout au long de cette histoire, Mattia s’étonner, se mettre en colère, questionner les adultes qui lui mentent pour le protéger, espionner derrière les portes pour découvrir un peu de la vérité que l’on lui cache…

Mattia cherche de réponses à ses angoisses. C’est très fort et cela vous arrache le cœur ! Vous souffrez face aux malheurs que ce gamin endure. Vous vous révoltez avec lui contre l’injustice de la société.

Ce garçon a besoin d’amour pour se construire et personne ne lui en donne ou si peu. Il espère toujours revoir sa mère.

Ce roman est noir mais délivre sa note d’espoir. L’amour est présent tout au long de cette intrigue et nous donne un peu de baume au cœur.

Chère Cloé Mehdi, avec « Rien ne se perd », vous n’avez pas attendu le nombre des années pour faire éclater votre génie littéraire. Vous possédez l’art de pointer les défaillances de notre système en y mettant de l’émotion, du suspense et du talent !

Pour moi votre roman noir est un vrai coup de cœur et une grosse claque ! Un concentré d’émotions pures ! Et surtout, continuez d’écrire pour vous et vos lecteurs !

coup-de-coeur_violet

 4ème de couverture

Une petite ville semblable à tant d’autres… Et puis un jour, la bavure… Un contrôle d’identité qui dégénère… Il s’appelait Saïd. Il avait quinze ans. Et il est mort…

Moi, Mattia, onze ans, je ne l’ai pas connu, mais après, j’ai vu la haine, la tristesse et la folie ronger ma famille jusqu’à la dislocation…

Plus tard, alors que d’étranges individus qui ressemblent à des flics rôdent autour de moi, j’ai reconnu son visage tagué sur les murs du quartier. Des tags à la peinture rouge, accompagnés de mots réclamant justice !

C’est à ce moment-là que pour faire exploser le silence, les gens du quartier vont s’en mêler, les mères, les sœurs, les amis…

Alors moi, Mattia, onze ans, je ramasse les pièces du puzzle, j’essaie de comprendre et je vois que même mort, le passé n’est jamais vraiment enterré !

Et personne n’a dit que c’était juste…

BIOGRAPHIE

17951466_10212603471671884_1649878537401961332_nCloé Mehdi est née au printemps 1992. Elle commence à écrire au collège pour faire passer le temps plus vite.

S’en suit Monstres en cavale, son premier roman, qui reçoit le Prix de Beaune 2014.

Puis, avec Rien ne se perd, elle reçoit le Prix Étudiant du Polar 2016, le Prix Dora Suarez 2017 et le prestigieux Prix Mystère de la Critique 2017.

Enregistrer

Enregistrer

Un cœur sombre – R.J. Ellory

51wwp8djful-_sx316_bo1204203200_

Sortie : 1er octobre 2016

Dans « Un cœur sombre », son dernier opus, R.J. Ellory nous plonge dans la tête d’un anti-héros, flic de son état, accroc à l’alcool et aux pilules en tout genre.

Ce flic, Vincent Madigan, s’est laissé corrompre par un certain Sandià, une figure de la pègre d’East Harlem, en échange d’informations qui permettent de résoudre nombre de ses enquêtes.

Vincent Madigan a aussi contracté une dette d’argent importante auprès de Sandià qu’il doit rembourser rapidement.

Car Sandià n’est pas un tendre et n’attendra pas éternellement. Sans une solution rapide, la vie de Madigan risque d’être écourtée.

Madigan est un flic tourmenté par ses émotions. Ces choix le poussent vers le côté obscur, quitte à lui faire perdre son âme humaine. Celui-ci agit en voyou prêt à tout pour se couvrir.

Tuer des gens ne lui fait pas peur mais lui donne mauvaise conscience. Il noie ses contradictions et ses doutes dans l’alcool, ses peurs disparaissent grâce à l’absorption de   cocktails de médocs. Poussé à agir, Madigan devra faire preuve d’une grande stratégie car il joue une partie d’échecs, seul contre tous, dont l’issue pourrait lui être fatale.

MON AVIS

Premièrement, je vous encourage vivement à ne pas lire la quatrième de couverture de ce roman de Ellory si vous souhaitez découvrir vous-mêmes l’histoire et les évènements premiers. En effet, ceux-ci sont déjà source d’une tension psychologique et d’un suspense certain, autant en profiter.

Dans ce roman noir, Ellory fait preuve d’une maîtrise totale de son intrigue qui coure sur presque 500 pages. J’ai lu ces pages avec une délectation particulière.

L’auteur nous dévoile les profondeurs de l’âme humaine et son récit  nous est offert sans longueur aucune et sans temps mort. L’action est présente tout au long du roman et des évènements inattendus relancent l’histoire.

J’étais en empathie avec Madigan et je l’ai suivi dans ses plans et ses actions douteuses. J’ai eu peur pour lui et je ressentais le poids de sa culpabilité. Peut-il changer le cours de son destin ?

Tous les individus qui apparaissent dans cet univers possèdent une personnalité forte et un caractère bien trempé. Ils sont vrais. C’est la force de ce roman et le style de l’auteur  fait le reste.

Le personnage de Vincent Madigan pratique d’une main le mal mais essaie de se racheter une conduite en faisant le bien de l’autre. Il souhaite sa rédemption. Va-t-il l’obtenir ?

Vous le saurez en lisant ce bijou qu’est « Un cœur sombre » de R.J. Ellory qui pour moi est mon premier coup de cœur de 2017 !

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

avt_rj-ellory_7551R. J. Ellory, soit Roger Jon Ellory, est un écrivain britannique, auteur de romans policiers et de thrillers.

Il a été un temps guitariste du groupe de rock « The Manta Rays », avant de se tourner vers la photographie. Il commence à écrire en 1987, mais il devra attendre 2003 pour que son roman, « Candlemoth » (Papillon de nuit, édité en français en 2015), soit publié.

On peut citer parmi ses œuvres : « Vendetta » (A Quiet Vendetta, 2005), « Seul le Silence » (A Quiet Belief in Angels, 2007), « Les Anonymes » (A Simple Act Of Violence, 2008) ou encore « Les Anges de New York » (Saints of New York, 2010).

R.J.Ellory est lauréat du prix Nouvel Obs/BibliObs du roman noir 2009 pour « Seul le silence ». Aujourd’hui il se consacre pleinement à son écriture et à la musique avec son groupe de blues, « The Whiskey Poets ».

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer