Le Principe de Parcimonie – Mallock

12794331_460200670857354_6908002635309803550_n

Nom de Zeus ! Qui aurait cru qu’un auteur doublé d’un esthète de l’art se cachait derrière le pseudonyme d’Amédée Mallock ? C’est la première fois que je croise le chemin d’un artiste si multiple !

Tel un orfèvre, l’auteur cisèle ses phrases qui font mouche ! Ce thriller, par sa virtuosité et sa folie, vous fera passer par toute une palette d’émotions !

Amédée Mallock possède un style unique ! Celui-ci fait passer dans son écriture à la fois de la poésie, de l’émotion, de l’humour et son amour pour les arts et les lettres. C’est un thriller littéraire qu’il nous offre à lire !

Le Principe de Parcimonie est le cinquième volet des chroniques barbares de Mallock. Ces chroniques nous font voir les différentes facettes que peut prendre le mal chez l’homme.

L’INTRIGUE

L’histoire commence à Paris, au Musée du Louvre. Quelqu’un a eu l’audace de voler la Joconde, ce symbole universel de la culture mondialement reconnu. Un certain Polichinelle, répondant au nom de Docteur Ockam, va terroriser Paris et ses habitants. Ces actes monstrueux seront la marque d’une folie et d’un cynisme sans nom. Et ce n’est que le début d’une longue liste d’actes barbares qui vont monter crescendo !

Mais le sort s’acharne sur Paris et ses habitants. En effet, la Seine, en pleine crue centennale, sortira de son lit et causera d’énormes dégâts. Le commissaire Mallock et son équipe de la PJ de Paris auront fort à faire pour essayer de démasquer ce Docteur Ockam et pour rétablir un semblant de calme dans la capitale.

Pendant cette l’enquête, la vie personnelle du commissaire Mallock est évoquée par flash-back. On cerne mieux ainsi sa psychologie et l’on comprend davantage ses réactions impulsives face à différents événements. Mallock est un ours mais il est aussi touchant.

La vie d’un autre protagoniste prénommé Erwan nous est aussi présentée par bribes. Celui-ci est un être complexe et énigmatique. Qui est-il ?

MON AVIS

Ce thriller est divisé en trois parties : Livre I, Livre II et Livre III. Ces trois livres se complètent parfaitement comme les pièces d’un puzzle. Chaque partie a son lot de révélations. Pour ma part, le livre III est mon préféré car il m’a bluffé par tant de créativité tout en restant logique et crédible sur toute la ligne.

C’est un thriller addictif fait de chapitres courts. Un suspense qui ne faiblit pas, des rebondissements inattendus. D’une page à l’autre, l’émotion change. L’auteur nous arrache un rire, sur une autre une larme. Les descriptions de Paris et de la Seine sont magnifiques. Le déchaînement des éléments naturels sur la capitale vous immerge vous aussi dans ce nouveau décor.

Bravo Monsieur Mallock ! Vous avez gagné un admirateur de plus et surtout toute ma considération pour votre œuvre.

Chers lecteurs et lectrices, ne passez pas à côté de l’OVNI littéraire qu’est ce thriller version Mallock. Pour moi une découverte et un gros coup de cœur !

Bienvenue sur la planète Mallock !

coup-de-coeur_violet

BIOGRAPHIE

MALLOCK_∏JDBruetFerreol.jpg

Mallock appartient à la catégorie rare d’artistes protéiformes, capables de s’exprimer sur des supports aussi variés que spécifiques. Peintre, Mallock l’est depuis longtemps, et le demeure encore à ce jour. La photographie, pareillement, l’a très tôt inspiré.

Cette diversité hors du commun ne doit pas cacher que l’art principal de Mallock est celui de l’écriture, pour laquelle il se consacre depuis l’âge de 12 ans. Préférant la catégorie de roman policier plutôt que celles du polar, du roman noir et du thriller, Mallock s’efforce de rendre ses lettres de noblesse à la « littérature policière ».

Depuis Les Visages de Dieu (Pocket), Le Massacre des innocents (Pocket) jusqu’aux trois derniers, Le Cimetière des hirondelles (Fleuve Noir, 2013),  Les Larmes de Pancrace (Fleuve Noir, 2014) et Le Principe de Parcimonie (Fleuve Noir, 2016), l’ensemble des romans policiers de Mallock a pour personnage récurent le Commissaire Amédée Mallock.