Selfies – Jussi Adler Olsen

Pour sa sortie en poche, je publie de nouveau cette chronique de « Selfies » de Jussi Alder Olsen. C’est la 7ème enquête du Département V. Quel plaisir de retrouver nos héros Carl Mørck, Assad et Rose face à la résolution de nouveaux « cold-case » qui reviennent dans l’actualité.

Ce livre peut être lu sans avoir pris connaissance des précédentes enquêtes du Département V car il n’y a pas de spoil, mais il est préférable d’avoir déjà lu une enquête avec les personnages récurrents de ce trio pour une meilleure empathie avec l’histoire.

Mais là je dois dire que l’auteur frappe très fort d’entrée de jeu ! Car en plus des enquêtes liées à des meurtres, un éclairage nouveau est fait sur le passé d’un personnage de l’équipe du Département V. Plus rien ne sera comme avant !

Je ne vous parlerai que du début de l’histoire sans dévoiler aucun élément essentiel. D’ailleurs, ne lisez pas le résumé de la quatrième de couverture si vous voulez être surpris par les événements des 100 premières pages de ce livre.

En premier lieu, nous faisons connaissance avec l’environnement familial de Denise, une belle jeune fille de 27 ans, qui survie dans un appartement grâce à l’aide de sa mère et de sa grand-mère. Denise ne travaille pas et est suivie par une assistante sociale.

Puis nous avons affaire au meurtre d’une femme commis dans un parc de Copenhague. Carl Mørck et son équipe doivent réagir vite car une menace pèse sur le Département V : celui-ci est accusé de n’être plus assez rentable et sa fermeture est envisagée.

Enfin, Rose, plus que jamais indispensable au Département V, sombre dans la folie, assaillie par les fantômes de son passé… Dès le second chapitre, nous suivons Rose dans son quotidien et nous souffrons pour elle. Va-t-elle surmonter cette épreuve ?
Voilà, le décor est planté et je peux vous assurer que vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer en lisant les 600 pages de ce polar suédois. Pour moi, cela a été 600 pages de pur bonheur !

L’auteur suédois Jussi Adler Olsen a choisi des chapitres courts pour nous présenter les protagonistes de plusieurs histoires. Son style est fluide et son écriture est remarquable.
Ce thriller nous distille son suspense à toutes les pages, sans oublier l’humour avec les blagues d’Assad sur les chameaux et le caractère bien trempé de Carl Mørck.

Le trio Carl, Assad et Rose du Département V nous fait passer un très bon moment entre angoisse et suspense. Ce roman nous tient en haleine, avec des rebondissements, de nouveaux meurtres, avec une tension qui s’intensifie jusqu’au dénouement final. Un vrai coup de cœur pour moi. A lire absolument !

CITATION

« Pourquoi les dromadaires ont de grands pieds ? » demanda Assad.
« Je suppose que c’est pour ne pas s’enfoncer dans le sable » dit Carl.
« Ce n’est pas la bonne réponse, chef. Les dromadaires ont des grands pieds pour pouvoir danser le fandango sur les serpents à sonnettes si ces saloperies avaient la mauvaise idée de passer par là. »

BIOGRAPHIE

Jussi Adler Olsen, de son vrai nom Carl Valdemar Jussi Adler Olsen est un écrivain danois né à Copenhague.
Après avoir été le « bon » guitariste d’un groupe de musique pop, il s’essaie à la médecine puis aux sciences politiques, étudie le cinéma, mais aussi les mathématiques.

Depuis 2007, Jussi Adler Olsen s’est spécialisé dans les recueils de romans policiers. Ancien éditeur, il connaît un succès sans précédent avec « Département V », série bestseller qui compte plusieurs tomes et qui a remporté de nombreux prix.

« Miséricorde », le premier tome de la série, sorti en 2011 en France, est couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, de La Clé de Verre aux Golden Laurels des libraires.
La série est traduite ou en cours de traduction dans 40 pays. Les trois premiers tomes de « Département V » ont été adaptés au cinéma au Danemark : « Miséricorde » en 2013, « Profanation » en 2014, « Délivrance » en 2016.

4 réflexions sur “Selfies – Jussi Adler Olsen

  1. Hedwige 26 mars 2019 / 14 02 01 03013

    Y aura-t-il un tome 8 ? Il y a encore tant à apprendre sur les membres pleins de secret si attachants de cette série, et tant à apprendre sur ces sociétés du crime dont Jussi Adler-Olsen s’est fait le spécialiste

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s