Le Maître des Limbes – Olivier Bal

maitredeslimbesphoto

Après Les Limbes, un excellent thriller fantastique, Olivier Bal nous offre Le Maître des limbes qui clôture en beauté ce diptyque. J’ai découvert enfin tous les secrets des Limbes et j’ai eu de vraies réponses. L’auteur a créé tout un monde autour des rêves et a bâti une œuvre majeure.

Que se passe-t-il réellement lorsque vous vous endormez ? Quand vous plongez au cœur de vos rêves, êtes-vous certain de ne pas être manipulé ?

Il existe, aux quatre coins du monde, certains individus dotés d’une incroyable aptitude : ils peuvent contrôler les rêves des autres. Plusieurs d’entre eux vont faire une découverte qui pourrait changer à jamais le cours de l’histoire.

Dans Le Maître des Limbes, j’ai retrouvé James Hawkins en 2008 à New York, à la tête de l’empire pharmaceutique ONIR. James continue ses expériences secrètes sur Les Limbes. Son attitude a bien changé depuis 1971. James recrute des adolescents qui possèdent le don qu’il convoite. Celui-ci les forment afin qu’ils contrôlent leur pouvoir. Ces jeunes ont des missions d’entraînement à réussir pour progresser dans la maîtrise de leur don.

Ces jeunes recrues sont Matt, Clyde, Amy. Ceux-ci ont tous un passé compliqué et tourmenté. Dans ce centre ONIR, ils se sentent en famille et enfin compris.

Les facultés de ces adolescents intéressent la CIA et la NSA au plus haut point. Car qui contrôlera les rêves contrôlera le monde.

Ce thriller fantastique, saupoudré d’espionnage, navigue entre les époques, entre passé, présent et futur.

Lee, une journaliste, vit à Chicago en 2028. Celle-ci enquête sur une étrange épidémie qui ne touche que les enfants. Lee est prête à tout pour remonter à la source de ce virus.

Gabriel, un adolescent narcoleptique, se sent isolé des autres. Il a la sensation qu’il peut visiter les rêves d’inconnus et les modifier. Son passé est douloureux.

J’ai adoré suivre Lee dans sa quête de la vérité. C’est une femme sensible et forte à la fois. L’univers de Clyde ou de Gabriel se dévoile dans leurs rêves. Encore faut-il pouvoir y accéder. James Hawkins porte un projet en lui. Pourra-t-il le réaliser ?

Dès le prologue, j’ai été happé par ce récit dont la tension et le suspense sont maintenus jusqu’à la fin. J’ai eu peur pour ces jeunes. Retournements de situation, manipulation, peur, frayeur, courage, lâcheté, course poursuite, quête de pouvoir, face à face. L’avenir de l’humanité est en danger. Qui sera son sauveur ?

Ce récit pourrait faire un excellent film fantastique. Il regorge d’idées originales. Merci à Olivier Bal pour cette aventure au pays des Limbes. Un voyage onirique, mystérieux et dangereux. A lire d’urgence !

Le Maître des Limbes – Olivier Bal – Sortie le 11 avril 2019 – De Saxus – 572 pages

 

Les Anges de Babylone – Ghislain Gilberti

babylonephoto

Après Sa Majesté des Ombres, voici Les Anges de Babylone, la suite de La trilogie des Ombres de Ghislain Gilberti. Je vous déconseille de lire la 4ème de couverture qui en dit trop sur l’histoire. De plus, les événements importants qui se sont déroulés dans Sa Majesté des Ombres sont résumés dans ce second volume. Je préfère survoler avec vous les premières pages de cette intrigue qui lancent les bases de ce thriller.

Mars 2011, Quartier du Neuhof. Le gang dirigé par Abdel Hamid à la main mise sur ce territoire. Plus de la moitié de la drogue qui circule en Alsace passe désormais par lui. Son business fait vivre une bonne cinquantaine de personnes appartenant à son réseau.

Un après-midi, l’un des revendeurs d’Hamid, Marcus, a demandé à le voir pour un problème survenu la veille dans une soirée techno. Celui-ci prétend avoir été intimidé par trois individus habillés en noir avec leurs capuches remontées sur leurs têtes. Pour Marcus, pas de doute, ce sont des hommes du réseau Borderline. Hamid n’y croit pas.

Pourtant, dans l’ombre, les chefs de Borderline préparent la guerre. Une stratégie complexe va être mise en place. La vengeance est en marche.

J’ai adoré retrouver Cécile Sanchez, une femme intelligente aux dons de mentaliste, qui va se battre pour reprendre l’enquête sur Borderline. Cette femme à une volonté à toute épreuve. Elle connaît déjà le réseau fantôme et ses méthodes pour avoir été confronté à eux en juin 2003. Des amis flics y ont laissé leur vie.

Les têtes pensantes de Borderline sont très pro et leurs actions sont ultra réfléchies. Chacun a une mission différente dans l’organisation. Un code très strict est appliqué par ses membres quelque soit leur niveau dans la hiérarchie. Les tatouages qu’ils portent ont tous une signification. J’en ai appris plus sur Borderline et ses techniques de recrutement. Les têtes de l’organisation sont aussi plus présentes et participent aux missions.

Chaque protagoniste est dépeint avec son caractère, sa place dans la hiérarchie, qu’il s’agisse de la police ou d’un gang. Je me suis attaché à plusieurs des personnages. Les actions s’enchaînent sans temps mort. Un scénario très cinématographique.

Ce thriller est d’une qualité exceptionnelle. Des chapitres millimétrés et très courts qui donnent le rythme. Une vraie addiction qui m’a poussé toujours plus loin dans ma lecture afin de comprendre les buts cachés de Borderline.

Ce thriller est une bombe ! C’est le kif du siècle ! Ce second volume de La trilogie des Ombres est phénoménal ! Ghislain Gilberti m’a rendu accro à sa saga apocalyptique ! J’avais déjà adoré Sa Majesté des Ombres mais sa suite est une tuerie ! Un énorme coup de coeur ! J’attends avec impatience la fin de cette trilogie.

Les Anges de Babylone – Ghislain Gilberti – Sortie le 18 avril 2019 – Metropolis – 624 pages

Les limbes – Olivier Bal

limbesphotoinsta

ET SI QUELQU’UN CONTRÔLAIT VOS RÊVES ?
VOUS N’OSEREZ PLUS FERMER LES YEUX…

Vietnam, 1970. James Hawkins est une jeune recrue. Durant un assaut, il prend une balle dans la tête et croit mourir. Après un mois de coma, et tandis qu’il essaie de se rétablir dans un hôpital de Saigon, il découvre que quelque chose s’est éveillé en lui. Ses nuits deviennent des épreuves, son sommeil et ses rêves ne lui appartiennent plus. Désormais, lorsqu’il dort, il visite les songes des autres… Seuls les médicaments l’empêchent de rêver.

Un an plus tard, un ancien frère d’armes, Nate Irving, vient frapper à sa porte. Il est venu le chercher pour participer à un projet secret sous la supervision de la CIA : Les Limbes. Direction une base perdue au fin fond de l’Alaska où James, accompagné d’autres individus dotés des mêmes capacités, va commencer à maîtriser ses aptitudes. Il découvrira ainsi qu’il peut non seulement explorer les rêves d’inconnus mais surtout en prendre le contrôle et les modifier. Mais certaines portes devraient rester fermées à jamais…

Olivier Bal a fait fort dans ce thriller fantastique qui m’a tenu en haleine jusqu’à la fin. Je vois beaucoup de séries TV comme « Strangers Things » et l’univers de l’auteur s’en approche tout en étant différent. Ce que j’aime dans une histoire c’est être surpris. Je n’ai pas été déçu avec « Les Limbes ». L’auteur m’a entraîné dans un monde parallèle et inconnu qui a excité ma curiosité. L’exploration du monde des rêves ! Est-ce sans danger ?

J’ai suivi James Hawkins qui prend conscience qu’il a un don qu’il peut améliorer par l’entraînement. En effet, James, lorsqu’il dort peut explorer les rêves d’autres personnes. Il va pouvoir découvrir ce que sont Les Limbes et continuer son voyage au pays des rêves. Dans ce livre, il y a une part de mythes, de récits imaginaires qui m’ont beaucoup plu. Une tension s’installe qui peu à peu fera place à l’angoisse.

Dans cette marche vers l’inconnu, James va passer par toutes sortes de questionnements sur ce qui est réel ou non. Son courage va être mis à l’épreuve car son exploration ne sera pas sans danger. Un univers caché sera révélé. Mais est-ce pour le bien de l’humanité ou pour son malheur ?

A votre tour de plonger dans l’univers onirique des rêves et de partir à la découverte des Limbes. Un thriller vertigineux, haletant et angoissant ! Un vrai coup de coeur !

Les Limbes – Olivier Bal – Sortie le 1er mars 2018 – De Saxus – 416 pages

VINDICTA – Cédric Sire

IMG_20190515_111302_778.jpg

J’ai connu Cédric Sire avec son précédent roman « Du feu de l’enfer » que j’avais beaucoup aimé. Aujourd’hui, je vais vous parler de « Vindicta » son dernier thriller.

L’intrigue se passe à Toulouse, la ville de naissance de l’auteur. Une bande de jeunes planifie le braquage d’une bijouterie. Une transaction financière en cash devrait avoir lieu après la fermeture de la boutique. Les jeunes ont la date et l’heure de cette visite nocturne ainsi que les codes d’entrée de la bijouterie.

Le jour J, le braquage tourne mal et les jeunes doivent s’enfuir rapidement à bord de leur voiture. Pas de chance pour eux, un flic les a vus et photographiés alors qu’il effectuait une mission de surveillance avec un collègue dans un camion banalisé.

Ailleurs, un tueur sans pitié massacre un homme dans son appartement. Un simple contrat trouvé sur le dark web. Le passé de ce tueur va nous être révélé au fur et à mesure des chapitres. Un événement inattendu va le toucher personnellement. Il va alors partir en chasse et vouloir se venger.

Ce thriller, aux chapitres très courts, m’a happé dès les premières pages. J’étais avec Audrey, Damien, Elie et Driss. Ces jeunes, rêvant d’un avenir meilleur, ont choisi de commettre un braquage pour obtenir de l’argent facile. Malheureusement pour eux, l’irréparable se produit. Fuir et disparaître est leur meilleure option.

J’ai aimé suivre les mésaventures de ce flic, Olivier Salva. C’est un très bon enquêteur qui a profité de son statut pour voler des liasses de billets saisis dans le local des pièces à conviction. Sa hiérarchie le soupçonne et le rétrograde. Il est désormais affecté au service surveillance. Témoin du braquage, on lui interdit de divulguer ses informations au service de la PJ chargé de l’enquête.

Ceci n’est que le départ de l’intrigue de folie que nous a imaginé Cédric Sire. La tension est présente dès les premiers chapitres. Elle ne retombera plus avant la fin soit 580 pages plus tard.

Ce thriller suit alternativement les jeunes en fuite, les flics qui sont à la recherche d’indices et le tueur glacial qui commet ses meurtres sans bruit. Ce tueur est comme une ombre qui passe. Olivier Salva n’a pas lâché l’affaire. Il se sent investi d’une mission et veut à tout prix faire jaillir la vérité.

J’ai pris un plaisir énorme à la lecture de ce thriller. J’ai dévoré les pages à la vitesse grand V. C’est une histoire très addictive avec un suspense de tous les instants. Les rebondissements sont multiples. J’ai eu peur pour la vie de ces jeunes mais aussi pour Olivier Salva qui les recherchent. Il y a des détraqués partout dans ce récit.

Comme tout bon thriller, vous aurez droit à un beau twist final et à une fin d’anthologie. Une course poursuite sous haute tension ! Ce bouquin est une énorme claque ! Et un vrai coup de cœur ! Merci à Cédric Sire pour ces moments haletants pleins d’inquiétude, de frayeur et de panique. A lire d’urgence !

VINDICTA – Cédric Sire – Sortie le 21 mars 2019 – Métropolis – 580 pages

 

LUCA – Franck Thilliez

lucaphoto_ok

Existe-t-il encore un jardin secret que nous ne livrions pas aux machines ?

Quel point commun peut on trouver entre :

  • Un couple qui souhaite avoir un enfant et qui a recourt à une GPA clandestine,
  • Un corps mutilé qui gît au fond d’une fosse creusée en pleine forêt,
  • Le contenu d’une lettre qui annonce le pire.

Rassurez-vous, ce que vous venez de lire ne concerne que les premières pages de ce polar haletant. Vous n’êtes pas au bout de vos surprises. Accrochez-vous bien à votre canapé ! La tension va monter crescendo pour ne plus redescendre avant la fin !

Franck Thilliez m’a bluffé, je vous l’avoue, avec cette intrigue complexe. « LUCA » est dans la même veine que son polar « Sharko » mais avec des thèmes différents. Les principaux sujets abordés sont la génétique, l’intelligence artificielle, le transhumanisme et les réseaux sociaux.

J’ai découvert des univers inconnus dans ce polar addictif et instructif. J’ai été heureux de retrouvé l’équipe du commandant Sharko avec Lucie Hennebelle, Nicolas Bellanger et une nouvelle recrue Audra Spick. Ces héros ont des failles qui les rendent plus humains. Mais leurs fragilités peuvent devenir leur pire ennemi intérieur.

Dès le prologue, j’ai été happé par le suspense de l’histoire. Ensuite, une avalanche événements surprenants m’a pris à la gorge. La tension était palpable. Les chapitres défilaient au rythme des enquêtes très différentes menées de front par l’équipe de Sharko. Les kilomètres s’accumulaient entre Paris et d’autres lieux.

Pour comprendre certains faits, les indices ne suffisent pas. Il faut beaucoup d’intuition et de réflexion. Il faut identifier ses ennemis et ne pas tomber dans leurs pièges. Si la mort se rapproche, il faut être plus intelligent et surtout plus réactif.

Le style de Franck Thilliez est excellentissime ! Je me suis délecté de chaque phrase ciselée avec les mots les plus justes. Chaque page était un régal pour moi ce qui est très rare dans un livre. J’étais tiraillé dans ma lecture entre avancer rapidement dans l’intrigue ou me laisser porter par les mots. J’ai dégusté ce polar et j’ai adoré !

« LUCA » est un coup de cœur pour moi et son auteur s’est surpassé avec ce nouveau roman. On appelle cela le talent ou le génie littéraire.

LUCA – Franck Thilliez – Sortie le 2 mai 2019 – Fleuve éditions – 552 pages

Surface – Olivier Norek

norek1

Après l’excellent polar social « Entre deux mondes » (chronique) sur la jungle de Calais, Olivier Norek se renouvelle en nous offrant le polar « Surface » avec une nouvelle héroïne. Est-ce le début d’une autre trilogie ? L’avenir nous le dira.

L’histoire commence à Paris. Noémie Chastain, capitaine et chef de groupe des Stups, se retrouve défigurée suite à l’arrestation d’un dealer de drogue. Celle-ci reçoit une balle en pleine tête et doit dire adieu à son visage d’ange.

La reconstruction psychologique de Noémie va être longue. Comment faire le deuil de son image ? Comment accepter ce nouveau visage meurtri ? Comment surmonter cet état de honte qui l’envahie face à ses collèges flics et face à ses proches ? Comment reprendre son travail de flic ?

Sa hiérarchie va l’éloigner de Paris et la forcer à se mettre au vert. On envoie Noémie dans un commissariat de l’Aveyron à Decazeville, avec pour mission de trouver des raisons de supprimer cette brigade et de fermer ce lieu.

Quelques jours plus tard, un corps sans vie est découvert dans le village voisin d’Avalone. Le passé va refaire surface. Une enquête va être diligentée. Noémie va s’investir corps et âme dans la recherche de la vérité. Je n’en dirais pas plus sur l’histoire et vous laisse le plaisir de la découverte. Cette intrigue est remarquablement construite jusqu’au dénouement final.

Beaucoup de personnages gravitent dans ce récit, que ce soit l’équipe de flics qui assiste Noémie ou les habitants du village. Noémie Chastain devra s’attacher à connaître le passé de beaucoup d’individus si elle veut comprendre les faits et avancer dans cette enquête.

J’ai adoré suivre Noémie, pas à pas, à la recherche de preuves ou de témoignages. J’ai aimé partager ses pensées et ses doutes. J’ai été cueilli par certaines révélations et par des rebondissements inattendus. La lecture de ce polar s’est faite très rapidement car je souhaitais connaître la vérité sur l’enquête mais aussi voir l’évolution du comportement de Noémie.

Pour conclure, je dirais que ce polar est un coup de cœur. Il est parfaitement dosé en tension, psychologie et suspense. J’attends avec impatience une nouvelle enquête de Noémie Chastain, cette héroïne survivante. Merci Olivier Norek pour ces pages captivantes.

Sortie le 4 avril 2019 – Éditions Michel Lafon – 424 pages

Dans la brume écarlate – Nicolas Lebel

81USrF496uL

Après l’excellent polar « De cauchemar et de feu » (chronique) sur les prémices de la révolte nord-irlandaise, Nicolas Lebel nous offre « Dans la brume écarlate » son nouveau roman.

Écarlate voulant dire rouge vif, on est déjà dans le polar ! L’intrigue de ce nouvel opus se passe à Paris dans le XIIème. Les thèmes abordés sont la disparition de femmes, les migrants et le vampirisme. Ces sujets ne m’ont pas parus inconnus car déjà lus dans d’autres ouvrages. Mais traités ensemble dans un même roman, c’est une première.

J’ai bien aimé la structuration du roman avec ses trois histoires en parallèle. On se pose beaucoup de questions mais il faudra un peu de patience pour parvenir à éclaircir ces différents mystères dont voici une liste non exhaustive : la disparition de femmes, la découverte de sang en grande quantité, le ou les coupables des meurtres.

En effet, plusieurs pistes seront suivies avec autant de coupables potentiels. On se dirige vers un polar qui se résout pièce après pièce comme un puzzle. Une vue d’ensemble sera nécessaire pour comprendre les réels enjeux.

N’oublions pas les personnages qui sont l’âme de ce roman. Ils sont dotés de caractères forts et traversent ce récit avec un soif de vengeance ou de justice. Il y a des hommes et des femmes mais ces dernières ont souvent un statut de victimes. Où est le mal ? Où est le bien ? Surtout si l’on touche à un membre de votre famille ?

Quel plaisir de retrouver l’univers et l’humour grinçant du capitaine Mehrlicht aux commandes de cette nouvelle enquête. Sans oublier les lieutenants Dossantos et Sophie Latour. Attention aux spoilers sur la vie de nos policiers si vous n’avez pas lu le précédent polar « De cauchemar et de feu » de Nicolas Lebel.

Pour finir, merci à l’auteur pour son hommage à Céline Dion qui ne laissera personne indifférent !

Plongez dans la brume écarlate de ce roman. Vous ne le regretterez pas !

Sortie le 27 mars 2019 – Éditions Marabout – 320 pages

Selfies – Jussi Adler Olsen

Pour sa sortie en poche, je publie de nouveau cette chronique de « Selfies » de Jussi Alder Olsen. C’est la 7ème enquête du Département V. Quel plaisir de retrouver nos héros Carl Mørck, Assad et Rose face à la résolution de nouveaux « cold-case » qui reviennent dans l’actualité.

Ce livre peut être lu sans avoir pris connaissance des précédentes enquêtes du Département V car il n’y a pas de spoil, mais il est préférable d’avoir déjà lu une enquête avec les personnages récurrents de ce trio pour une meilleure empathie avec l’histoire.

Mais là je dois dire que l’auteur frappe très fort d’entrée de jeu ! Car en plus des enquêtes liées à des meurtres, un éclairage nouveau est fait sur le passé d’un personnage de l’équipe du Département V. Plus rien ne sera comme avant !

Je ne vous parlerai que du début de l’histoire sans dévoiler aucun élément essentiel. D’ailleurs, ne lisez pas le résumé de la quatrième de couverture si vous voulez être surpris par les événements des 100 premières pages de ce livre.

En premier lieu, nous faisons connaissance avec l’environnement familial de Denise, une belle jeune fille de 27 ans, qui survie dans un appartement grâce à l’aide de sa mère et de sa grand-mère. Denise ne travaille pas et est suivie par une assistante sociale.

Puis nous avons affaire au meurtre d’une femme commis dans un parc de Copenhague. Carl Mørck et son équipe doivent réagir vite car une menace pèse sur le Département V : celui-ci est accusé de n’être plus assez rentable et sa fermeture est envisagée.

Enfin, Rose, plus que jamais indispensable au Département V, sombre dans la folie, assaillie par les fantômes de son passé… Dès le second chapitre, nous suivons Rose dans son quotidien et nous souffrons pour elle. Va-t-elle surmonter cette épreuve ?
Voilà, le décor est planté et je peux vous assurer que vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer en lisant les 600 pages de ce polar suédois. Pour moi, cela a été 600 pages de pur bonheur !

L’auteur suédois Jussi Adler Olsen a choisi des chapitres courts pour nous présenter les protagonistes de plusieurs histoires. Son style est fluide et son écriture est remarquable.
Ce thriller nous distille son suspense à toutes les pages, sans oublier l’humour avec les blagues d’Assad sur les chameaux et le caractère bien trempé de Carl Mørck.

Le trio Carl, Assad et Rose du Département V nous fait passer un très bon moment entre angoisse et suspense. Ce roman nous tient en haleine, avec des rebondissements, de nouveaux meurtres, avec une tension qui s’intensifie jusqu’au dénouement final. Un vrai coup de cœur pour moi. A lire absolument !

CITATION

« Pourquoi les dromadaires ont de grands pieds ? » demanda Assad.
« Je suppose que c’est pour ne pas s’enfoncer dans le sable » dit Carl.
« Ce n’est pas la bonne réponse, chef. Les dromadaires ont des grands pieds pour pouvoir danser le fandango sur les serpents à sonnettes si ces saloperies avaient la mauvaise idée de passer par là. »

BIOGRAPHIE

Jussi Adler Olsen, de son vrai nom Carl Valdemar Jussi Adler Olsen est un écrivain danois né à Copenhague.
Après avoir été le « bon » guitariste d’un groupe de musique pop, il s’essaie à la médecine puis aux sciences politiques, étudie le cinéma, mais aussi les mathématiques.

Depuis 2007, Jussi Adler Olsen s’est spécialisé dans les recueils de romans policiers. Ancien éditeur, il connaît un succès sans précédent avec « Département V », série bestseller qui compte plusieurs tomes et qui a remporté de nombreux prix.

« Miséricorde », le premier tome de la série, sorti en 2011 en France, est couronné par les prix scandinaves les plus prestigieux, de La Clé de Verre aux Golden Laurels des libraires.
La série est traduite ou en cours de traduction dans 40 pays. Les trois premiers tomes de « Département V » ont été adaptés au cinéma au Danemark : « Miséricorde » en 2013, « Profanation » en 2014, « Délivrance » en 2016.

Le Signal – Maxime Chattam

chattam couv

La famille Spencer vient de s’installer à Mahingan Falls. Un havre de paix. Du moins c’est ce qu’ils pensaient….

Meurtres sordides, conversations téléphoniques brouillées par des hurlements inhumains et puis ces vieilles rumeurs de sorcellerie et ce quelque chose d’effrayant dans la forêt qui pourchasse leurs adolescents…

Comment le shérif dépassé va-t-il gérer cette situation inédite? Ils ne le savent pas encore mais ça n’est que le début…

Avez-vous déjà eu vraiment peur en lisant un livre ?

Ce que j’en pense…

Avec « Le Signal », Maxime Chattam nous livre cette fois-ci un roman fantastique et non un thriller. Il souhaitait se faire plaisir en allant vers ce genre qu’il affectionne. Les héros de ce livre sont de jeunes adolescents à la manière des séries TV comme « Strangers Things ». 

Je me suis plongé dans cette histoire avec beaucoup d’attentes comme tout bouquin de Chattam. Comment va-t-il faire pour me tenir en haleine pendant 700 pages ?

Je dois avouer que le début a été laborieux car il a fallut que je m’adapte aux personnages et à leurs dialogues de jeunes ados qui me m’intéressaient guère au départ. J’ai persévéré et j’ai passé les 200 pages. Le suspense s’installe progressivement avec des incidents ou des meurtres isolés. J’ai commencé à trouver les situations intéressantes arrivé aux 300 pages.

J’ai eu droit à des manifestations d’esprits ou de fantômes dans la maison des Spencer, la famille phare du roman. Le père se pose des questions et mène son enquête. A côté de ça, les enfants de la famille et leurs copains sont confrontés aux attaques d’un monstre. Et un inspecteur de police va enquêter sur des meurtres inhabituels dans cette bourgade de Mahingan Falls.

Le roman fantastique n’est pas mon genre de prédilection mais je dois dire que le style de Maxime Chattam est agréable à lire. L’auteur sait faire monter la tension au fil des pages. Pour moi, la meilleure partie se situe dans les 400 dernières pages, avec une montée de l’horreur sur les 100 dernières pages. Là, j’ai eu enfin peur pour nos héros et leur famille. Pour le dénouement, l’auteur envoie du lourd !

Je dois avouer que je me suis attaché aux personnages de cette histoire, que ce soit les ados, le père ou la mère de la famille Spencer. Au départ, seuls les ados sont confrontés à des choses surnaturelles, puis le doute s’installe aussi dans le monde des adultes.

Les personnalités et caractères de ces ados sont très différents et se complètent très bien. Ceux-ci se lancent des défis pour mériter leur place dans la bande. Leur courage va être mis à rude épreuve par la manifestation de ce « monstre ». J’ai été en totale empathie avec eux et j’ai aimé leurs réactions face à l’inconnu.

En conclusion, j’ai bien aimé ce roman fantastique, malgré les quelques longueurs inhérentes à un pavé de 700 pages. L’écrivain s’en tire plutôt bien avec un final très réussi. C’est à votre tour de vous faire votre opinion en découvrant « Le Signal » de Maxime Chattam.

Sortie : 24 octobre 2018

Éditeur : Albin Michel

Genre : Roman fantastique

La Boîte de Pandore – Bernard Werber

pandore

Savez-vous qui vous êtes vraiment ?

Êtes-vous sûr de ne pas avoir vécu d’autres vies ?

René Toledano, professeur d’histoire, assiste à un spectacle d’hypnose au cours duquel il est choisi dans le public pour participer à une séance. Il se retrouve alors projeté dans ses vies précédentes et se demande s’il peut influer sur les événements.

Contrairement à son précédent opus « Depuis l’au-delà » où j’avais apprécié l’histoire, l’imagination mais moins son style, « La boîte de Pandore » de Bernard Werber est une réussite totale pour un roman d’imaginaire et d’aventure.

L’auteur nous a concocté un suspense et un récit surprenant qui nous happe dès la première page. Il s’est surpassé. Merci à lui.

Ce récit nous parle de nos « vies antérieures » de manière extrêmement plausible et nous fait remonter l’histoire grâce à notre héros. René Toledano va se retrouver dans un bourbier inextricable.

Heureusement, il va rencontrer une femme, Opale, une hypnotiseuse, qui va l’aider dans son périple. Il fera la connaissance aussi de Geb, un Atlante, qui va devenir son ami.

Ce roman d’aventure est un excellent divertissement et en plus, on apprend beaucoup de choses ! Notamment sur des vérités historiques qui ne le sont pas réellement. Des arrangements avec l’histoire à la gloire de héros que nous connaissons tous.

Alors ? Voulez-vous rencontrer les personnages qui habitaient votre corps et votre esprit avant vous il y a des décennies ? Voulez-vous apprendre à mieux vous connaître ? Vous allez voir que c’est possible…

Sortie : 26 septembre 2018

Éditeur : Albin Michel

Genre : roman d’imaginaire